Chacun sa croix

Solidaris, une mutuelle belge proche du PS, a organisé une fête de Saint-Nicolas, représentant cet évêque du quatrième siècle mitré, certes, mais sans croix. C’est bien sûr totalement idiot, avec ou sans croix, un habit sacerdotal proclame sans équivoque la chrétienté de ce lui qui l’habite.
Alors pourquoi ?
Pour ne pas heurter les personnes d’autres convictions.
Il semblerait donc que des athées, des bouddhistes ou des juifs ont pris d’assaut l’adresse mail de Solidaris pour exiger le retrait de cette croix que l’on ne saurait voir. C’est heurtant les croix, surtout en Europe.
Plus sérieusement, il s’agissait, bien entendu, d’éviter que de petits enfants musulmans de cette mutuelle soient confrontés à cette réalité offensante entre toutes : ils vivent dans un continent que la chrétienté a façonné.
Dans ce cas de figure, comme dans bien d’autres, les musulmans ont servi d’alibi à un combat entamé bien avant leur arrivée et qui vise à effacer tout ce qui a fécondé l’Europe, ou tout ce que l’Europe a fécondé. Tout doit partir : la famille, cœur de cible de la gauche branchouille, creuset immonde de toutes les déviances et de toutes les névroses ; la chrétienté, abomination absolue dont la moindre trace se doit d’être masquée par les nouvelles duègnes, guère plus jouasses que les anciennes ; les Droits de l’Homme, qui servent avant tout à perpétuer le colonialisme sous des formes perverties ; les arts de la table, élitistes et traditionnels en diable, – Yann Moix n’a-t-il pas expliqué qu’un dîner de famille est en soi un inceste ? – ; le savoir, bien sûr, qui nous rattache au passé et nous dit avec entêtement que nous sommes des héritiers ; les Beaux-Arts, minables résidus d’une culture bourgeoise et d’un ancien régime exploiteurs, rebaptisés Bozart afin de ne pas choquer les néerlandophones ; et l’effroyable latin qui cumule les tares outrageantes d’être tout à la fois la langue du catholicisme et celle de nos origines, d’être porteuse d’exigences intellectuelles et d’être aussi le vecteur de notre culture.

La culture, nous y voici ! Le porte-parole de Solidaris l’a asséné, ce choix de supprimer la croix de la mitre de Saint-Nicolas, c’est avant tout une façon d’élargir les horizons multiculturels.

Haaaaa, les fameux « horizons multiculturels » !!!!!
C’est avec cette même soupe que le bourgmestre de Vilvoorde a voulu autoriser le port du voile chez les flics. Son explication : il autorisera le voile ET la kippa. C’est-y pas mimi, ça ? Seulement, outre le fait qu’une kippa sous un képi, ça ne se voit pas, il n’y avait AUCUNE demande de port de kippa. Mais il y avait par contre des exigences très insistantes de port du voile…

Ne soyons pas sourds et aveugles, le multiculturalisme, que l’on n’a guère brandi pour accueillir les Boat People persécutés par les régimes communistes, c’est l’alibi de l’islam conquérant et de ses nombreux collabos ! Ce dada des bobos est une arme puissante qui va engendrer un processus en deux temps : effacement de la culture présente dans un lieu (Perse, Egypte, Royaume kabyle, Indonésie, Royaume byzantin, etc) par la force au besoin, puis installation de la seule et unique idéologie coranique. Libre à chacun de s’en faire complice en beuglant « multiculturaliiiiiiisme », mais on n’est pas obligé d’être dupe.

1 thought on “Chacun sa croix”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *